We analyze the anonymised information of our users to better match our offer and website content to your needs. This site also uses cookies to, for example, analyze traffic on the site. You can specify the conditions for storage or access of cookies in your browser.
00:00:00
00:04:48

La paix des esprits : discours de Paul VI à l'OIT

June 10th, 1969
RTS
RTS

Ordonné prêtre en 1920, Paul VI fait presque toute sa carrière à la secrétairie d'Etat du Vatican. En 1954, Pie XII le nomme archevêque de Milan. Paul VI est élu pape le 21 juin 1963. Dans cette fonction, il poursuit la politique du IIe concile du Vatican dont il prolonge l'esprit œcuménique par des gestes de portée mondiale, comme cette visite à l'OIT en 1969. Ecoutez son discours.

Verbatim de l'extrait du discours à l'OIT:

"...Chacun sait qu'une telle durée est un fait vraiment singulier dans l'histoire de notre siècle. La fatale précarité des choses humaines, que l'accélération de la civilisation moderne a rendue plus évidente et plus dévorante, n'a pas ébranlé votre institution, à l'idéal de laquelle Nous voulons rendre hommage : « Une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale ». L'épreuve subie du fait de la disparition de la Société des Nations, à laquelle elle était liée organiquement, du fait aussi de la naissance de l'Organisation des Nations Unies sur un autre continent, bien loin de lui enlever ses raisons d'être, lui a au contraire fourni l'occasion, par la célèbre Déclaration de Philadelphie, voici vingt-cinq ans, de les confirmer et de les préciser, en les enracinant profondément dans la réalité du progrès de la société. «Tous les êtres humains, quels que soient leur race, leur croyance ou leur sexe, ont le droit de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique et avec des chances égales ».

De tout cœur Nous Nous réjouissons avec vous de la vitalité de votre cinquantenaire, mais toujours jeune institution, depuis sa naissance en 1919 avec le Traité de Paix de Versailles. Qui dira les travaux, les fatigues, les veilles génératrices de tant de décisions courageuses et bénéfiques pour tous les travailleurs, comme pour la vie de l'humanité, de tous ceux qui, non sans mérite, lui ont consacré avec talent leur activité ? Entre tous, Nous ne pouvons omettre de nommer son premier directeur, Albert Thomas, et son actuel successeur, David Morse, Nous ne pouvons non plus passer sous silence le fait qu'à leur demande, et presque depuis les origines, un prêtre a toujours été au milieu de ceux qui ont constitué, construit, soutenu et servi cette insigne institution.

Nous sommes reconnaissants envers tous de l'oeuvre accomplie et Nous souhaitons qu’elle poursuive heureusement sa mission aussi complexe que difficile, mais vraiment providentielle, pour le plus grand bien de la société moderne. Des voix mieux informées que la Nôtre diront quelle somme d'activités l'Organisation internationale du Travail a réalisée en cinquante années d'existence, et quels résultats elle a atteint avec ses cent vingt-huit conventions et ses cent trente-deux recommandations. Mais comment ne pas souligner le fait primordial et d'une importance capitale que manifeste cette impressionnante documentation ? Ici — et c'est un fait décisif dans l'histoire de la civilisation — ici le travail de l'homme est considéré comme digne d’un intérêt fondamental. Il n'en fut pas toujours ainsi, on le sait, dans l'histoire déjà longue de l'humanité.

Que l'on songe à la conception antique du travail, au discrédit qui l'entourait, à l'esclavage qu'il entraînait, cette horrible plaie, dont il faut, hélas reconnaître qu'elle n'a pas encore entièrement disparu de la face du monde. La conception moderne, dont vous êtes les hérauts et les défenseurs, est tout autre. Elle est fondée sur un principe fondamental que le christianisme pour sa part a singulièrement mis en lumière : dans le travail, c'est l'homme qui est premier. Qu'il soit artiste ou artisan, entrepreneur, ouvrier ou paysan, manuel ou intellectuel, c'est l'homme qui travaille. C'en est donc fini de la priorité du travail sur le travailleur, et de la suprématie des exigences techniques et économiques sur les besoins humains. Jamais plus le travail au-dessus du travailleur, jamais plus le travail contre le travailleur, mais toujours le travail pour le travailleur, le travail au service de l'homme..."

Légende photo: 1969-06-10, ILC 53th Session - H.H. Pope Paul VI with the Director-General, David Morse, during his visit to the 53rd International Labour Conference, on the occasion of the 50th anniversary of the ILO. ILO historical archives. For more information, please contact : archives@ilo.org.

You need to be signed in to post comments
No comments yet
geneveMonde
323 contributions
Sep 26th, 2022
148 views
0 likes
0 favorites
0 comments
2 galleries
00:04:48
Editorial partners :
Support partners:
674
177
© 2024 by FONSART. All rights reserved. Designed by High on Pixels.