We analyze the anonymised information of our users to better match our offer and website content to your needs. This site also uses cookies to, for example, analyze traffic on the site. You can specify the conditions for storage or access of cookies in your browser.

Discours de Fridtjof Nansen lors de la remise du Prix Nobel de la paix 1922 Featured

Fridtjof Nansen
Nobel Prize

Discours prononcé à l'auditorium de l'Université d'Oslo par Fridtjof Nansen lors de la remise du Prix Nobel de la paix, le 12 décembre 1922. (1)

Traduction française

Les peuples d'Europe qui souffrent

Dans le musée du Capitole, à Rome, se trouve une sculpture en marbre qui, dans son simple pathos, me semble être une très belle création. Il s'agit de la statue du "Gaulois mourant". Il est étendu sur le champ de bataille, mortellement blessé. Le corps vigoureux, endurci par le travail et le combat, s'enfonce dans la mort. La tête, aux cheveux rêches, est courbée, le cou fort se plie, la main rude et puissante de l'ouvrier, qui maniait encore récemment l'épée, s'appuie maintenant sur le sol dans un dernier effort pour soutenir le corps qui s'affaisse.

Il a été poussé à se battre pour des dieux étrangers qu'il ne connaissait pas, loin de son propre pays. C'est ainsi qu'il a connu son destin. Maintenant, il gît là, mourant en silence. Le bruit de la bataille ne parvient plus à ses oreilles. Ses yeux ternis sont tournés vers l'intérieur, peut-être sur une dernière vision de sa maison d'enfance où la vie était simple et heureuse, de son lieu de naissance au fin fond des forêts de la Gaule.

C'est ainsi que je vois l'humanité dans sa souffrance ; c'est ainsi que je vois les peuples d'Europe qui souffrent, se vidant de leur sang sur des champs de bataille déserts, après des conflits qui, dans une large mesure, n'étaient pas les leurs.

L'âme du monde est mortellement malade, son courage brisé, ses idéaux ternis et sa volonté de vivre disparue; l'horizon est flou, caché derrière des nuages brûlants de destruction, et la foi en l'aube de l'humanité n'est plus.

Voilà le résultat de la soif de pouvoir, de l'impérialisme, du militarisme qui se sont déchaînés sur la terre. Les produits dorés de la Terre ont été foulés sous des pieds de fer, la terre est partout en ruine et les fondations de ses communautés s'effondrent. Les gens baissent la tête dans un désespoir silencieux. Les cris de guerre stridents résonnent encore autour d'eux, mais ils ne les entendent plus. Chassés de l'Eden perdu, ils se tournent vers les simples valeurs fondamentales de la vie. L'âme du monde est mortellement malade, son courage brisé, ses idéaux ternis et sa volonté de vivre disparue ; l'horizon est flou, caché derrière des nuages brûlants de destruction, et la foi en l'aube de l'humanité n'est plus.

Où chercher le remède ? Dans les mains des hommes politiques ? Ils sont peut-être bien intentionnés, beaucoup d'entre eux en tout cas, mais la politique et les nouveaux programmes politiques ne sont plus utiles au monde - le monde n'en a eu que trop. En fin de compte, la lutte des hommes politiques n'est rien d'autre qu'une lutte pour le pouvoir.

Les diplomates peut-être ? Leurs intentions sont peut-être bonnes, mais ils constituent une fois pour toutes une race stérile qui a fait plus de mal que de bien à l'humanité au fil des ans. Rappelons les accords conclus après les grandes guerres - le traité de Westphalie (1), le congrès de Vienne avec la Sainte-Alliance (2), et d'autres encore. Un seul de ces congrès diplomatiques a-t-il contribué dans une large mesure au progrès du monde ? Cela nous rappelle les célèbres paroles d'Oxenstjerna (3) à son fils qui se plaignait des négociations de Westphalie : "Si tu savais, mon fils, avec quel manque de sagesse le monde est gouverné".

Nous ne pouvons plus compter sur le leadership traditionnel pour espérer être sauvés. Ces derniers temps, nous avons assisté à une succession de congrès diplomatiques et politiques ; l'un d'entre eux a-t-il permis de se rapprocher de la solution ? Un congrès est actuellement en cours à Lausanne (4). Espérons qu'il nous apportera la paix tant désirée en Orient, afin qu'au moins une question délicate soit résolue.

Mais qu'en est-il du mal principal, du cœur du mal ? On murmure que la France ne veut pas conclure un accord définitif avec l'Allemagne, qu'elle ne veut pas que l'Allemagne finisse de payer ses indemnités. Car, dans ce cas, elle n'aurait plus de prétexte pour occuper la rive occidentale du Rhin, et elle ne pourrait plus troubler l'industrie allemande par des menaces contre le bassin de la Ruhr. Il ne s'agit naturellement que de calomnies malveillantes, mais comme ces rumeurs sont fréquentes !

On murmure aussi que les chefs industriels allemands ne souhaitent pas non plus un accord définitif avec la France. Ils préféreraient que l'incertitude se prolonge afin que la valeur du mark diminue régulièrement, permettant ainsi à l'industrie allemande de survivre plus longtemps. En effet, si un accord devait intervenir, le mark se stabiliserait, voire augmenterait, et l'industrie allemande serait ruinée car elle ne serait plus compétitive.

Que ces choses soient vraies ou non, le simple fait qu'elles soient prononcées reflète la manière dont la communauté européenne tout entière et son mode de vie ont été et sont encore des jouets entre les mains de spéculateurs politiques et financiers imprudents - peut-être en grande partie des bunglers, des hommes inférieurs qui ne réalisent pas le résultat de leurs actions, mais qui spéculent et jouent quand même avec les intérêts les plus précieux de la civilisation européenne.

Et pour quoi faire ? Uniquement pour le pouvoir. Cette lutte malheureuse, ce piétinement effroyable de tout et de tous, ce conflit destructeur entre les classes sociales et même entre les peuples n'existe que pour le pouvoir!

Ceux qui ont vu de leurs propres yeux la misère qui règne dans notre Europe mal gouvernée et qui ont fait l'expérience d'une souffrance sans fin doivent se rendre compte que le monde ne peut plus compter sur les panacées, le papier et les mots.

Quand on a été confronté à la famine, à la mort par inanition, on devrait avoir les yeux ouverts sur l'étendue de ce malheur. Quand on a vu les grands yeux suppliants des enfants affamés qui regardent sans espoir la lumière du jour déclinant, les yeux des mères agonisantes qui pressent leurs enfants mourants sur leurs seins vides dans un désespoir silencieux, et les hommes fantomatiques qui gisent épuisés sur des nattes sur le sol des cabanes, avec seulement le soulagement miséricordieux de la mort à attendre, alors on doit certainement comprendre où tout cela mène, comprendre un peu la vraie nature de la question. Il ne s'agit pas d'une lutte pour le pouvoir, mais d'une seule et terrible accusation contre ceux qui ne veulent toujours pas voir, d'une seule et grande prière pour qu'une goutte de miséricorde donne aux hommes une chance de vivre.

Ceux qui ont vu de leurs propres yeux la misère qui règne dans notre Europe mal gouvernée et qui ont fait l'expérience d'une souffrance sans fin doivent se rendre compte que le monde ne peut plus compter sur les panacées, le papier et les mots. Ceux-ci doivent être remplacés par l'action, par l'effort persévérant et laborieux, qui doit commencer par le bas pour reconstruire le monde.

L'histoire de l'humanité monte et descend comme les vagues. Nous sommes déjà tombés dans des creux de vague en Europe. Un creux similaire s'est produit il y a cent ans, après les guerres napoléoniennes. Tous ceux qui ont lu l'excellent ouvrage de Worm-Müller (5) décrivant les conditions qui régnaient alors en Norvège ont dû remarquer les nombreuses et remarquables similitudes entre la situation d'alors et celle d'aujourd'hui. Il peut être réconfortant de savoir que l'abîme de cette époque a disparu et que la Norvège s'est à nouveau relevée, mais cela a pris un temps déprimant, de trente à quarante ans.

Cette fois-ci, pour autant que je puisse en juger, le creux est encore plus profond et plus étendu, englobant la majeure partie de l'Europe, et, en outre, il existe dans des conditions qui sont aujourd'hui plus complexes. Il est vrai que l'industrie existait à l'époque, mais les gens vivaient beaucoup plus de la terre. Aujourd'hui, l'industrie s'est imposée et il est plus difficile de redresser l'industrie après une dépression que l'agriculture. Quelques bonnes années suffisent à remettre l'agriculture sur pied, mais il faut de nombreuses années pour développer de nouveaux marchés pour l'industrie. Quoi qu'il en soit, nous pouvons raisonnablement espérer que le processus de reprise sera plus rapide cette fois-ci, car tout se passe plus rapidement à notre époque en raison de nos systèmes de communication et du vaste appareil de facilités économiques que nous possédons aujourd'hui. Mais il y a encore peu de signes de progrès. Nous n'avons pas encore atteint le creux de la vague.

Quel est le sentiment fondamental des citoyens de toute l'Europe ? Il est certain que pour beaucoup, c'est le désespoir ou la méfiance à l'égard de tout et de tous, soutenu par la haine et l'envie. Cette haine se diffuse chaque jour entre les nations et les classes.

Or, aucun avenir ne peut se construire sur le désespoir, la méfiance, la haine et l'envie.

La violence réciproque et continuelle à l'égard de groupes aux opinions divergentes, dont nous sommes témoins dans les journaux, ne conduira certainement jamais à un progrès. La violence ne convainc personne, elle ne fait que dégrader et brutaliser l'agresseur.

La première condition préalable est certainement la compréhension - tout d'abord, la compréhension de la cause et de la nature de la maladie elle-même, la compréhension des tendances qui marquent notre époque et de ce qui se passe au sein de la masse de la population. En bref, comprendre la psychologie de chaque caractéristique de notre société européenne apparemment confuse et déroutée.

Une telle compréhension ne peut certainement pas être atteinte en un jour. Mais la première condition de son établissement définitif est la volonté sincère de comprendre ; c'est un grand pas dans la bonne direction. La violence réciproque et continuelle à l'égard de groupes aux opinions divergentes, dont nous sommes témoins dans les journaux, ne conduira certainement jamais à un progrès. La violence ne convainc personne, elle ne fait que dégrader et brutaliser l'agresseur. Les mensonges et les accusations injustes sont encore moins efficaces ; ils se retournent souvent contre leurs auteurs.

Il faut aussi toujours se rappeler qu'il n'y a guère de tendance ou de mouvement dans la communauté qui ne possède pas, dans une certaine mesure, une raison et un droit propres, qu'il s'agisse du socialisme ou du capitalisme, du fascisme ou même du bolchevisme détesté. Mais c'est à cause d'un fanatisme aveugle pour ou contre - surtout contre - que les conflits atteignent leur paroxysme et conduisent à des luttes déchirantes et à la destruction, alors que la discussion, la compréhension et la tolérance auraient pu transformer cette énergie en un progrès précieux.

Il n'est pas possible de développer ce sujet ici ; il suffit de dire que la parabole selon laquelle on voit la paille dans l'œil de son voisin tout en ignorant la poutre dans le sien (6) est valable pour tous les temps, et notamment pour l'époque dans laquelle nous vivons.

Mais lorsque la compréhension fait défaut, et surtout lorsque la volonté de comprendre fait défaut, alors surgit cette incertitude qui fermente et qui nous menace d'une destruction totale. Personne ne sait de quoi demain sera fait. Nombreux sont ceux qui vivent comme si chaque jour était le dernier, glissant ainsi dans un état de décadence générale. A partir de là, le déclin est constant et inexorable.

De plus, le pire que cette insécurité, cette spéculation dans l'incertitude, crée, c'est la peur du travail ; elle a été engendrée pendant la guerre, et elle n'a cessé de croître depuis. Elle s'est développée pendant la guerre et n'a cessé de croître depuis. Elle s'est développée à cause de la spéculation boursière et de la spéculation que nous connaissons tous, qui permettait de faire fortune en peu de temps, en pensant pouvoir en vivre le reste de sa vie sans avoir à travailler et à peiner. Cela a créé une aversion pour le travail qui dure encore aujourd'hui. Il y a encore des gens qui s'installent honnêtement et de bon cœur dans un dur labeur, mais les seuls endroits où j'ai rencontré cette volonté sincère de travailler sont ceux où l'ange de la mort par la famine récolte sa terrible moisson.

Je me souviendrai toujours d'un jour dans un village à l'est de la Volga où seulement un tiers des habitants étaient revenus ; sur les deux tiers restants, certains avaient fui et le reste était mort de faim. La plupart des animaux avaient été abattus, mais le courage n'était pas encore complètement éteint et, bien que les perspectives soient sombres, les gens avaient encore foi en l'avenir. "Ils disaient : "Donnez-nous de la semence, et nous la sèmerons dans le sol. "Nous leur avons répondu : "Oui, mais que ferez-vous sans animaux pour tirer la charrue ? "S'il n'y a pas d'animaux, nous nous mettrons à la charrue avec nos femmes et nos enfants. Ce n'était pas l'autosatisfaction qui parlait ici, ni l'extravagance, ni le simple spectacle - c'était la volonté même de rester en vie, qui n'avait pas cédé.

Devrons-nous tous vivre les affres de la faim avant d'apprendre la véritable valeur du travail ?

Je voudrais également évoquer les conditions de travail en Allemagne. On m'a dit qu'en raison des heures de travail réduites et de la production limitée, l'Allemagne ne produit pas le charbon nécessaire à ses propres besoins et doit donc acheter du charbon à l'Angleterre - je crois qu'un chiffre d'un million de tonnes par mois a été mentionné - et le payer avec des devises étrangères. Mais si le temps de travail était porté à dix heures par jour, l'Allemagne pourrait produire elle-même une quantité suffisante de charbon. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.

En Suisse, où tout s'arrête, où l'industrie est ruinée parce qu'elle ne peut plus produire à des prix attrayants pour les marchés mondiaux, on m'a dit que si le temps de travail quotidien était porté à dix heures, avec un salaire raisonnable, les ouvriers trouveraient du travail pour toute la semaine au lieu des trois jours pendant lesquels les usines tournent actuellement à perte, simplement pour survivre. D'ailleurs, les ouvriers eux-mêmes travailleraient volontiers plus longtemps s'ils le pouvaient, mais ils ne peuvent le faire sous peine de contrevenir au programme de leur syndicat. Telle est la situation.

Un travail honnête ne peut prospérer que là où règnent la paix et la confiance : confiance en soi, confiance dans les autres et confiance dans l'avenir. Nous touchons ici au cœur du problème. Comment donc inspirer cette confiance dans la paix ? Je pense que le seul moyen d'atteindre cet objectif est la Société des Nations.

Ce triste état de choses peut, il est vrai, être imputé en partie aux fluctuations imprévisibles de la valeur de l'argent. Il s'agit là de problèmes caractéristiques que, me semble-t-il, même les experts ne parviennent pas à expliquer de manière satisfaisante.

Mais sous la surface de ces facteurs évidents, il y a, de toute évidence, des facteurs internes plus importants. Il est indéniable que les gens ne peuvent pas vivre sans travailler et qu'il y a trop peu de travail depuis trop longtemps. On se demandera alors à quoi sert le travail s'il n'y a pas de travail : "À quoi sert le travail s'il n'y a pas de marché pour les produits ?" En effet, les marchés n'existent pas. Mais les marchés ne peuvent pas non plus être créés sans travail. Si l'on ne travaille pas, si l'on ne crée pas de marchés là où ils devraient exister, il n'y aura pas de développement du pouvoir d'achat et tout le monde en souffrira. La maladie universelle est en fait le manque de travail. Cependant, même un travail honnête ne peut prospérer que là où règnent la paix et la confiance : confiance en soi, confiance dans les autres et confiance dans l'avenir.

Nous touchons ici au cœur du problème. Comment donc inspirer cette confiance dans la paix ? Peut-elle émaner des hommes politiques et des diplomates ? J'ai déjà dit ce que je pensais d'eux. Ils peuvent peut-être faire quelque chose, mais je n'en suis pas particulièrement convaincu, pas plus que de la capacité des hommes politiques des différents pays à réaliser quoi que ce soit dans cette situation. A mon avis, la seule voie de salut réside dans la coopération entre toutes les nations sur la base d'un effort honnête.

Je pense que le seul moyen d'atteindre cet objectif est la Société des Nations. Si celle-ci ne parvient pas à introduire une nouvelle ère, je ne vois pas de salut, du moins à l'heure actuelle. Mais avons-nous raison de placer une telle confiance dans la Société des Nations ? Qu'a-t-elle fait jusqu'à présent pour promouvoir la paix et la confiance ? En posant cette question, nous devons nous rappeler que la Société des Nations est encore une jeune plante qui peut facilement être endommagée et empêchée de grandir par le gel du doute. Nous devons garder à l'esprit que la Ligue ne pourra atteindre son plein pouvoir que lorsqu'elle englobera toutes les nations, y compris les grandes qui sont encore à l'extérieur (7). Mais même au cours de sa courte vie, elle peut se prévaloir d'actions qui laissent entrevoir un avenir plus radieux. Au cours de sa courte vie active, elle a déjà réglé de nombreuses questions controversées qui auraient sinon conduit à la guerre, du moins à de graves perturbations.

La controverse sur les îles Åland entre la Suède et la Finlande en est un exemple. Bien que certains n'aient pas été satisfaits de la solution (8), ils l'ont néanmoins acceptée, ce qui a permis d'éviter d'autres troubles.

Un grave conflit frontalier a éclaté entre la Yougoslavie et l'Albanie. Des troupes serbes avaient déjà franchi la frontière. La Société des Nations est intervenue, a réglé la question et les deux parties ont accepté la solution (9) sans autre effusion de sang.

On peut également mentionner la question de la Silésie qui menaçait d'entraîner de graves troubles entre l'Allemagne et la Pologne. Elle aussi a été réglée - très mal selon certains, tandis que d'autres soutiennent que toute autre solution aurait été impossible compte tenu des accords antérieurs conclus dans le cadre du traité de Versailles (10). Mais le fait est que le règlement a été approuvé par les deux parties et qu'il n'a pas entraîné d'autres problèmes.

Un autre exemple est celui de la Pologne et de la Lituanie. Il est vrai que la Société des Nations n'est pas parvenue dans ce cas à un règlement, le problème s'étant avéré trop difficile pour diverses raisons que je ne vais pas développer ici. Il n'en reste pas moins que l'acte d'enquête de la Société des Nations a en soi empêché les deux parties de prendre les armes (11).

On peut prétendre qu'il s'agissait de controverses entre petites nations, mais si de vrais problèmes se posaient entre grandes puissances, celles-ci se soumettraient-elles à l'arbitrage de la Société des Nations ? Je reviens sur la question de la Silésie. L'Allemagne n'est pas une petite nation, et il est d'ailleurs un fait que les grandes puissances victorieuses qui ont entrepris de régler la question n'ont pas pu se mettre d'accord ; la question a donc été renvoyée à la Société des Nations. Récemment, cependant, nous avons eu un exemple encore meilleur de grandes puissances se soumettant au jugement de la Société des Nations dans une question opposant la Grande-Bretagne et la France.

En 1921, le gouvernement français a publié un décret déclarant que toute personne vivant en Tunisie et au Maroc était tenue d'effectuer un service national. Les sujets britanniques vivant dans les protectorats français étaient donc soumis à la conscription dans l'armée française. Le gouvernement britannique s'y oppose fermement, tandis que les Français maintiennent qu'il s'agit d'un problème interne. Ni l'un ni l'autre n'a voulu céder et la controverse est devenue sérieuse. Il y a neuf ans, une telle question n'aurait pu aboutir qu'à une guerre ou, au mieux, à une conférence diplomatique coûteuse. A l'époque, aucune organisation mondiale n'aurait pu traiter une telle question. Aujourd'hui, en revanche, la Société des Nations a été saisie et la tension s'est immédiatement relâchée (12).

Le simple fait que la Société des Nations ait créé la Cour permanente de justice internationale (13) constitue un grand et important pas en avant vers une organisation plus pacifique du monde, un pas dans la direction de la création de la confiance entre les nations.

S'il subsiste un doute sur la place qu'occupe aujourd'hui la Société des Nations dans l'esprit des gens, il suffit de se référer aux dernières élections en Grande-Bretagne. Sur les 1 386 candidats en lice, seuls trois ont osé se présenter devant leurs électeurs en déclarant qu'ils étaient opposés à la Société des Nations. Deux ou trois autres n'ont pas mentionné le sujet, mais tous les autres ont exprimé leur foi en la Société.

Plus important encore que le désarmement partiel des armées et des flottes, c'est le "désarmement" des peuples de l'intérieur, la création, en fait, de la sympathie dans l'âme des hommes. Ici aussi, la Société des Nations a pris une part active à l'œuvre grandiose et importante qui a été accomplie.

A mon avis, cependant, la plus grande et la plus importante réalisation de la Société jusqu'à présent, et celle qui présage un avenir vraiment nouveau et meilleur pour l'Europe, est la mesure prise lors de la dernière Assemblée à Genève, à savoir l'octroi d'un prêt international à l'Autriche (14) pour lui donner une chance de survivre à la menace de la ruine économique. Cette action permet d'espérer encore plus ; elle est le prélude d'une tendance nouvelle et prometteuse dans la politique économique de l'Europe.

Je suis convaincu que le problème allemand, les divergences complexes entre l'Allemagne et ses adversaires, ne peut être et ne sera pas résolu tant qu'il n'aura pas été soumis à la Société des Nations (15).

En outre, la question difficile du désarmement total ou partiel a été abordée pour la première fois lors de la dernière réunion de Genève. Ici, comme dans la plupart des autres domaines d'activité de la SDN, un nom se détache, celui de Lord Robert Cecil (16). Là encore, nous devons garder à l'esprit, notamment en ce qui concerne le désarmement partiel, les graves difficultés qui découlent du fait qu'il existe d'importantes puissances militaires qui ne sont pas encore membres de la Ligue.

Mais plus important encore que le désarmement partiel des armées et des flottes, c'est le "désarmement" des peuples de l'intérieur, la création, en fait, de la sympathie dans l'âme des hommes. Ici aussi, la Société des Nations a pris une part active à l'œuvre grandiose et importante qui a été accomplie.

Mais je dois d'abord mentionner la tâche gigantesque accomplie par les Américains sous la direction remarquable de Hoover (17). Elle a commencé pendant la guerre avec le Belgian Relief, où plusieurs milliers de Belges, enfants et adultes, ont été soutenus. Après la guerre, elle s'est étendue à l'Europe centrale, où des centaines de milliers d'enfants ont retrouvé l'espoir grâce à l'aide inestimable des Américains, et enfin, mais non des moindres, à la Russie. Lorsque l'histoire complète de cette œuvre sera écrite, elle occupera la place d'une page glorieuse dans les annales de l'humanité, et sa charité brillera comme une étoile brillante dans une longue et sombre nuit. Dans le même temps, les Américains ont, par l'intermédiaire d'autres organisations telles que la Croix-Rouge américaine et le Near East Relief, réalisé l'incroyable dans les Balkans, en Asie Mineure et, enfin, en Grèce. Il ne faut pas non plus oublier les nombreuses organisations européennes. En particulier, les divisions de la Croix-Rouge dans différents pays, dont le nôtre, ont apporté une contribution considérable pendant et après la guerre.

La Société des Nations a parrainé des activités de cette nature peu après sa création. Sa première tâche a été le rapatriement des milliers de prisonniers de guerre encore dispersés dans le monde deux ans après la guerre, principalement en Sibérie et en Europe centrale et orientale. Je n'ai pas l'intention de m'attarder sur ce thème puisqu'il a déjà été évoqué lors de la réunion à l'Institut Nobel. Je dirai seulement que, grâce à cet effort, près de 450'000 prisonniers ont été renvoyés dans leurs foyers et, dans de nombreux cas, à un travail productif.

Immédiatement après, la Ligue s'est engagée dans la lutte contre les épidémies qui menaçaient alors de se propager à partir de l'Est, et s'est efforcée de contrôler les maladies en Pologne, le long de la frontière russe, et en Russie même. La Ligue, par l'intermédiaire de son excellente Commission des épidémies (18), a travaillé efficacement à prévenir la propagation des épidémies et a sauvé des milliers de personnes de la misère et de l'anéantissement.

Des efforts sont actuellement déployés, par l'intermédiaire d'une organisation spéciale parrainée par la Société des Nations (19), pour fournir une aide à la subsistance aux réfugiés russes sans ressources, dont plus d'un million sont dispersés dans toute l'Europe.

Il faut également mentionner l'action en cours en faveur des réfugiés d'Asie Mineure et de Grèce frappés par la famine (20). Il est vrai qu'elle a à peine commencé, mais elle peut aussi être de la plus haute importance. Dans les conditions actuelles, ces régions sont menacées de désorganisation et de désespoir plus que partout ailleurs en Europe. Si ce danger peut être écarté ou au moins réduit, si cette croissance maligne peut être éradiquée dans une certaine mesure, il y aura d'autant moins de cancer dans la communauté européenne, d'autant moins de risques de troubles, de perturbations, de dissolutions d'Etats à l'avenir.

Ayant déjà souligné l'importance de ce type de travail, je me dois de le faire encore une fois. Le soulagement de milliers de foyers qui voient revenir leurs hommes, l'aide qu'ils reçoivent dans leur détresse, la gratitude que cela inspire, la confiance en l'homme et en l'avenir, la perspective de conditions de travail plus saines, tout cela est, je crois, d'une plus grande importance pour la cause de la paix que bien des démarches politiques ambitieuses qui, aujourd'hui, dépassent rarement un cercle restreint de politiciens et de diplomates.

Enfin, quelques mots sur l'assistance à la Russie (21). La Société des Nations n'y a pas participé, ce que je regrette profondément car je ne peux m'empêcher de penser que si la Société, avec sa grande autorité, avait apporté son soutien alors qu'il en était encore temps, la situation en Russie aurait été sauvée et les conditions en Russie et en Europe seraient aujourd'hui totalement différentes et bien meilleures.

Je n'entrerai pas dans les détails du travail accompli. Je tiens seulement à souligner que la difficulté ne résidait certainement pas dans le fait de trouver la nourriture ou de la transporter jusqu'à ceux qui mouraient de faim. Non, il y avait plus qu'assez de céréales dans le monde à l'époque, et les moyens de distribution adéquats étaient disponibles. Le problème résidait dans l'obtention de fonds, un obstacle qui a toujours entravé les tentatives d'aide, et encore plus aujourd'hui.

Il se peut que nous soyons simples d'esprit, mais je ne pense pas que nous soyons dangereux. En revanche, ceux qui s'enferment dans leurs programmes politiques et n'offrent rien d'autre à l'humanité souffrante, aux millions d'affamés et de mourants, ceux-là sont le fléau de l'Europe.

Les gouvernements européens n'étaient pas disposés à approuver le prêt de dix millions de livres sterling qui semblait indispensable pour sauver les millions d'affamés de Russie et éviter que la famine ne se transforme en tragédie, non seulement pour la Russie, mais aussi pour toute l'Europe. La seule alternative était donc de faire appel à des contributions privées et de lancer un appel à la charité aux particuliers du monde entier.

Le résultat a dépassé toutes les espérances. Les dons ont afflué de tous les pays, et notamment du nôtre. Malgré l'existence de personnes qui, chez nous, ont cru bon de s'opposer à la collecte, la contribution de notre petit pays a été si importante, grâce au Parlement norvégien, au gouvernement norvégien et à l'excellent travail du Comité de la famine, que si les grands pays avaient contribué proportionnellement, la famine en Russie appartiendrait aujourd'hui au passé.

Une exception notable en dehors de l'Europe doit être mentionnée. Une fois de plus, le peuple américain a contribué plus que tout autre, d'abord par l'intermédiaire de l'organisation Hoover et ensuite par le gouvernement lui-même, qui a fait don de vingt millions de dollars à la lutte contre la famine à condition que le gouvernement russe fournisse dix millions pour l'achat de semences. Au total, l'Amérique a certainement contribué à hauteur de cinquante à soixante millions de dollars à la lutte contre la famine russe et a ainsi sauvé la vie d'innombrables millions de personnes.

Mais pourquoi certains n'ont-ils pas voulu aider ? Posez-leur la question ! Selon toute vraisemblance, leurs motivations étaient d'ordre politique. Ils incarnent la suffisance stérile et le manque de volonté de comprendre ceux qui pensent différemment, des caractéristiques qui constituent aujourd'hui le plus grand danger en Europe. Ils nous traitent de romantiques, d'idéalistes faibles, stupides et sentimentaux, peut-être parce que nous avons foi dans le bien qui existe même chez nos adversaires et parce que nous croyons que la gentillesse est plus efficace que la cruauté. Il se peut que nous soyons simples d'esprit, mais je ne pense pas que nous soyons dangereux. En revanche, ceux qui s'enferment dans leurs programmes politiques et n'offrent rien d'autre à l'humanité souffrante, aux millions d'affamés et de mourants, ceux-là sont le fléau de l'Europe.

La Russie n'est pas la seule à être menacée par une nouvelle et terrible famine. La situation en Europe est également assez sombre. Personne ne sait encore où elle s'arrêtera. La misère est si grande, si presque insurmontable, les conditions si désespérées, même dans la riche région fertile de la Russie, sans parler des autres pays, que malgré la générosité privée généralisée, ce qui peut être fourni ne constitue qu'une goutte d'eau dans l'océan.

Tout le monde doit participer à cette œuvre. Nous devons prendre la croix enflammée et allumer les phares pour qu'ils brillent sur toutes les montagnes. Nous devons hisser notre bannière dans chaque pays et tisser des liens de fraternité dans le monde entier. Les gouvernements doivent eux aussi se serrer les coudes, non pas en ligne de bataille, mais dans un effort sincère pour réaliser l'ère nouvelle.

La fête de Noël approche et le message adressé à l'humanité est le suivant : "Paix sur terre".

Jamais l'humanité souffrante et déconcertée n'a attendu avec autant d'impatience le Prince de la Paix, le Prince de la Charité qui brandit une bannière blanche sur laquelle est inscrit en lettres d'or un seul mot : "Travail" : "Travail".

Nous pouvons tous devenir les ouvriers de son armée dans sa marche triomphale à travers la terre pour élever un esprit nouveau dans une nouvelle génération - pour apporter aux hommes l'amour de leurs semblables et un désir honnête de paix - pour ramener la volonté de travailler et la joie du travail - pour apporter la foi dans l'aube d'un jour nouveau.

Notes et références

    1. Le traité de Westphalie (1648) met fin à la guerre de Trente Ans (1618-1648).
    1. Le Congrès de Vienne a tenté (1814-1815) de régler les affaires politiques de l'Europe après la première abdication de Napoléon Ier ; la Sainte-Alliance, formée en 1815 principalement pour maintenir le statu quo en Europe, a duré jusqu'en 1848.
    1. Comte Axel Gustavsson Oxenstjerna (1583-1654), chancelier de Suède (1612- 1654), personnage important de la guerre de Trente Ans.
    1. La conférence de Lausanne (1922-1923) aboutit à un nouveau traité de paix entre les Alliés et la Turquie.
    1. Jacob S. Worm-Müller (historien et homme politique norvégien, 1884-1963), Christiania og krisen efter Napoleonskrigene (Oslo : Grøndahl and Sons, 1922).
    1. Matthieu 7:3 - 5.
    1. A l'époque de cette conférence : L'Allemagne et la Russie, qui ont adhéré plus tard, et les États-Unis, qui n'ont jamais adhéré.
    1. En 1921, la Ligue a réglé le différend sur les îles Åland en les attribuant à la Finlande, avec un statut d'autonomie et un accord contre la militarisation.
    1. Sous la pression de la SDN, la Conférence des ambassadeurs du 9 novembre 1921 confirme les frontières de 1913 pour l'Albanie, tout en faisant quelques concessions à la Yougoslavie.
    1. Aux termes du traité de Versailles, un plébiscite pour la détermination de la frontière en Haute-Silésie est organisé le 20 mars 1921 ; des contestations s'ensuivent et, après étude par une commission, le Conseil de la SDN formule des recommandations le 12 octobre 1921 et nomme un négociateur ; une convention de règlement est signée à Genève le 15 mai 1922.
    1. La ville de Vilna a été attribuée à la Lituanie par la Conférence de paix de Paris en 1919, mais a été occupée par la Pologne l'année suivante et annexée en 1922. Les mauvaises relations se sont poursuivies depuis cette époque, où le lauréat parlait, jusqu'en 1927-1931 où, sur une période de quatre ans, des accords ont été conclus sur plusieurs questions.
    1. La Ligue a soumis le différend à la Cour permanente de justice internationale qui, en février 1923 (deux mois après la conférence du lauréat), a estimé que cette question n'était pas une affaire purement interne, à la suite de quoi les deux gouvernements ont conclu un accord à l'amiable.
    1. La Cour permanente de justice internationale (1921-1945), qui rendait des jugements sur les différends internationaux qui lui étaient volontairement soumis ; populairement appelée Cour mondiale, elle a été supplantée par la Cour internationale de justice.
    1. Le 4 octobre 1922.
    1. L'Allemagne, qui n'est pas encore membre de la SDN, est admise en septembre 1926.
    1. Edgar Algemon Robert Cecil (1864-1958), lauréat du prix Nobel de la paix en 1937.
    1. Herbert Clark Hoover (1874-1964), président des Etats-Unis (1929-1933) ; directeur de l'administration alimentaire et des bureaux de secours de guerre pendant et après la première guerre mondiale.
    1. Créé le 19 mai 1920.
    1. Le Haut Commissariat aux Réfugiés a été créé par la Ligue le 27 juin 1921, le lauréat étant nommé Haut Commissaire.
    1. Voir la biographie.
    1. Le 15 août 1921, une conférence internationale réunissant des représentants de certains gouvernements et des délégués de quarante-huit organisations caritatives et de la Croix-Rouge avait nommé Nansen pour diriger les opérations de secours dans la Russie frappée par la famine.

Source

  1. nobelprize.org/prizes/peace/19...
You need to be signed in to post comments
No comments yet
geneveMonde
323 contributions
Oct 4th, 2023
94 views
0 likes
1 favorite
0 comments
1 gallery
Editorial partners :
Support partners:
674
177
© 2024 by FONSART. All rights reserved. Designed by High on Pixels.