We analyze the anonymised information of our users to better match our offer and website content to your needs. This site also uses cookies to, for example, analyze traffic on the site. You can specify the conditions for storage or access of cookies in your browser.
Featured
00:00:00
00:40:39

La Guerre d'Algérie vue par le militant FLN et diplomate genevois Abdelmadjid Sana (2/7) "Pas de passe-droit entre militants"

March 19th, 2024
David Glaser
geneveMonde

Abdelmadjid Sana est né dans le Constantinois en janvier 1937. Il a vécu la Guerre d'Algérie au plus près, vivant les angoisses pour lui et les siens chez lui en Algérie mais aussi en France où il manque de se faire éliminer par des autorités répressives à plusieurs reprises. Son salut viendra de la Suisse où il obtiendra dès 1958 le statut de réfugié politique et où il sera un des acteurs directs des accords d'Evian. Il exercera une diplomatie discrète au service de ses camarades du FLN sous le patronage du diplomate genevois Olivier Long et du président du Conseil fédéral Max Petitpierre.

Son travail sera récompensé par un travail dans les ambassades et chambres consulaires qu'il contribue à ouvrir en Suisse et en Algérie dès 1962. Abdelmadjid Sana n'a jamais eu de discours complaisant à l'égard de l'état opresseur que fut le France coloniale, il n'a pas non plus eu de regard complaisant sur l'attitude des ses collègues des administrations de cette nouvelle Algérie pas toujours au clair avec la probité. Son récit est précieux. Son respect vis-à-vis de la Suisse et de ses citoyens, mais aussi des Français et Algériens non-autochtones qui ont fait le bien est total. Abdelmadjid est un homme d'honneur épris de justice et heureux de saluer le rôle de tous dans le succès de l'Algérie à reprendre son indépendance, et tout particulièrement celui des femmes.

Dans cette deuxième partie de l'entretien en 7 épisodes avec Abdelmadjid Sana, on parle des premières actions de résistant du jeune militant. On lui refuse le maquis mais on l'encourage à aller en formation dans un pays de l'est ou un pays arabe. Après des études en Algérie dans des conditions difficiles, il trouvera un travail à Constantine dans des services de santé, un parfait moyen de ne pas se faire arrêter... tout en passant des informations pour les révolutionnaires indépendantistes. Il ira finalement en France pour continuer le combat militant. Abdelmadjid Sana a décrit son parcours de résistant, de réfugié puis de diplomate en Algérie, en France et en Suisse dans un livre intitulé "Cris de Douleurs des Profondeurs du Rhumel" (éditions Médias Index).

Propos recueillis par David Glaser.

Photo de militants FLN membres du groupe de Lyon (collection Abdelmadjid Sana)

You need to be signed in to post comments
No comments yet
geneveMonde
302 contributions
Feb 20th, 2024
158 views
0 likes
0 favorites
0 comments
1 gallery
00:40:39
Editorial partners :
Support partners:
648
165
© 2024 by FONSART. All rights reserved. Designed by High on Pixels.